Réduction significative de la taxation énergétique des Datacenters français

Voici qui devrait conforter l’attractivité de la France en matière d’implantation de nouveaux Centres de données, dans la mesure où la dépense énergétique représente près d’un tiers des dépenses de fonctionnement du secteur : la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d’Électricité (TICFE) diminue de presque 50 % pour la filière Datacenter, a annoncé le chef du gouvernement le 20 septembre dernier à Vélizy-Villacoublay. En contrepartie, les organisations représentatives (France Datacenter, le Gimélec) engagent des actions concertées en faveur de l’accroissement de la performance énergétique des Datacenters. L’État entend également promouvoir la possibilité, pour l’industrie, de disposer d’une offre de stockage et de traitement des données localisée sur le territoire, dans un contexte international marqué par les divergences de conception quant à la souveraineté de l’information.

NuclearPlant

CRITÈRES ÉNERGÉTIQUES ET CLIMATIQUES DE LOCALISATION DES CENTRES DE DONNÉES

Contenu mis à jour le 04 août 2018

Par nature, les Datacenters sont très énergivores, puisqu’une de leur vocation première consiste à approvisionner en électricité, de façon ininterrompue, d’importantes quantités de matériel informatique dont la densité ne cesse par ailleurs de croître. Ils représentent collectivement environ 5 % de la consommation électrique mondiale (en France : 9% ; individuellement, ils peuvent consommer autant qu’une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants). Les Datacenters dépendent ainsi fortement de la disponibilité des sources d’énergie pourvues par le tissu géoéconomique local.

Lire la suite

Pacific Power va produire massivement de l’électricité solaire pour Facebook

Les sociétés américaines Facebook et Pacific Power ont conclu ces derniers jours un partenariat économique en vue de fournir au réseau social 437 mégawatts d’électricité exclusivement produite à partir de panneaux solaires. Le Datacenter de Prineville, dans l’état de l’Oregon, fonctionnera en totalité et en priorité grâce à cet approvisionnement d’énergie renouvelable, grâce à une production régionale de 100 MW saluée par les élus locaux, par ailleurs associés à la démarche. Facebook continue ainsi de traduire dans les faits sa stratégie énergétique en faveur des modes de production propres.

alleefroide

ALLÉES FROIDES & ALLÉES CHAUDES, PRINCIPES GÉNÉRAUX DE MISE EN ŒUVRE

Contenu mis à jour le 08 juillet 2018

Garantir l’efficience de la climatisation en salle informatique implique de maîtriser correctement l’acheminement de l’air froid jusqu’aux zones pertinentes, ainsi que l’évacuation de l’air chaud produit par effet de dissipation thermique des équipements IT. Question de performance énergétique et de cohérence avec les économies menées par ailleurs sur le poste Refroidissement. Si la salle informatique est dotée d’un faux-plancher de hauteur suffisante et si le nombre de baies est suffisamment important pour permettre un agencement sous forme d’allées, l’organisation spatiale de la zone technique peut être optimisée à dessein d’augmenter drastiquement le retour sur l’investissement consenti dans les chaînes de production de froid.

Lire la suite

VPS, la société américaine qui propose de piloter l’approvisionnement énergétique par le logiciel

VPS -pour Virtual Power Systems– est une start-up californienne créée en 2014 dont l’offre technologique est actuellement au stade de projet POC chez Equinix, SAP ou encore Uber. A l’instar de la virtualisation de systèmes qui permet de réaliser dynamiquement la mise en adéquation software-defined des ressources matérielles allouées (CPU, RAM, espace disque, accès réseau) et les besoins des systèmes, VPS met en avant la possibilité de réaliser une relation de gestion identique entre le provisionning énergétique et les actifs IT. Typiquement, en ajustant par pilotage logiciel la capacité énergétique disponible pour une baie ou un groupe de baies, selon l’évolution des matériels contenus. VPS propose ainsi, par exemple, de concevoir un mécanisme de gestion de la priorité énergétique en cas de panne (prise en compte des différents de niveaux de disponibilité des services IT) et d’accompagner les pics de charge en production par mobilisation d’énergie stockée.

La Haute-Cour de justice irlandaise approuve finalement la construction du Centre de Données Apple

Au terme de deux années de procédures administratives et judiciaires consacrées au traitement des recours initiés par les opposants au projet, la marque à la pomme pourra établir en Irlande l’un de ses nouveaux DataCenter. A l’instar d’une installation similaire et concomitante au Danemark, ce Centre de Données assurera la mise à disposition des services phares de l’éditeur (Tunes Store, App Store, iMessage, Maps, Siri…) pour ses utilisateurs européens, et devrait exploiter en priorité le riche gisement d’énergies renouvelables du pays.

Le plus grand ICT européen inscrit le DataCenter dans sa stratégie énergétique urbaine

On pense généralement que le climat des pays nordiques est particulièrement propice à l’implantation des Centres de données, lesquels bénéficient d’une source de refroidissement efficace à moindre coût. C’est vrai, mais lorsque ces Centres de données sont implantés au cœur de la cité, il est encore plus avantageux d’utiliser la chaleur produite par dissipation thermique en l’injectant dans le circuit urbain (via des échangeurs air/eau) et de réchauffer ainsi tant les habitats que les lieux de travail. C’est ce que projette l’ICT Kista Science City avec l’initiative Stockholm Data Parks. La ville ambitionne de s’affranchir de toute source d’énergie fossile d’ici 2040.

Le plus grand Data Center du monde pourrait être construit à l’intérieur du cercle polaire arctique

C’est en tout cas l’intention de la société Kolos Norway, qui a levé pour ce faire l’équivalent de plusieurs millions d’euros grâce à des financements nationaux. Le Centre de données profiterait du potentiel hydroélectrique du site de la commune norvégienne de Ballangen (68° 18′ 23″ N, comté du Nordland) et pourrait à terme proposer une puissance énergétique globale dépassant le Gigawatt pour un unique site de 4 bâtiments, au total plus étendu que le Data Center de Langfang (Chine, province de Hebei) qui occupe déjà près de 585 000 m2, un record. Bien entendu, la fraîcheur du climat arctique permettra d’utiliser le free-cooling à air contribuera à la performance énergétique de cette installation dont par ailleurs, 100% des sources électriques seront renouvelables.


Localisation des centres de données : convergence des nouvelles tendances

Gartner prévoit que le nombre d’objets connectés dépassera les 20 milliards d’unités d’ici 2020, dont 65 % seront détenus par des particuliers. Or, l’utilité d’une grande majorité de ces objets connectés dépend de leur capacité à interagir efficacement, en temps réel, avec les services du cloud computing qui reposent sur les Centres de Données. Les architectures DataCenter doivent donc proposer l’implantation et le développement de nouvelles unités capables de distribuer ces services localement, au plus près des consommateurs, dans l’objectif de réduire les latences réseau et d’augmenter la résilience du fonctionnement global, en investissant les territoires des agglomérations de taille moyenne, à l’instar d’Apple à l’est de Reno au Nevada. A l’heure où la consommation énergétique mondiale des Centres de données dépasse celle du Royaume-Uni, leur implantation en région permet également de contourner l’impact de la saturation des réseaux électriques des grandes métropoles (cf. l’offre haut-de-gamme Castle IT à Larçay, en Indre-et-Loire) tout en privilégiant, du côté de certains géants du web, le développement de filières de production d’énergie renouvelable.

Tuer vos zombies vous coûtera moins cher que de les élever en DataCenter

L’Uptime Institute a publié une synthèse comparative des plus intéressantes sur le thème des « coûts exorbitants de l’inaction », dans laquelle le dé-commissionnement systématique des « zombies » (les systèmes physiques ou virtuels n’ayant plus d’utilité réelle depuis au moins 6 mois) permet d’initier la réalisation d’économies d’échelle à plusieurs niveaux (énergie, exploitation, maintenance matérielle…) puis d’enclencher la mise en œuvre d’une stratégie proactive et à long terme de maîtrise des ressources et des coûts.