ComputerRoom02

L’AUDIT PERIODIQUE DU PLANCHER TECHNIQUE

En salle informatique, la présence d’un plancher technique permet d’offrir de précieuses fonctions, telles qu’un espace de distribution pour le courant fort, un chemin de confinement de l’air froid soufflé par les climatiseurs, ou encore la matérialisation d’un réseau de masse garant de l’équipotentialité des matériels. Cependant, sinistres localisés, mauvaises pratiques d’exploitation, erreurs initiales de conception et phénomènes d’usure mécanique peuvent altérer progressivement la fiabilité du faux-plancher. C’est pourquoi l’audit périodique de cet élément s’impose pour contrôler sa conformité et proposer des actions correctives en cas de risque avéré d’exploitation.

Lire la suite
ReferenceDoc

MOVE/JOUR J – LE CHRONOGRAMME DU DÉMÉNAGEMENT DE SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 10 juin 2018

Lorsque les actions de préparation du déménagement de la salle informatique sont achevées (comme par exemple la constitution de la base de déménagement, la sélection des différents acteurs logistiques ou encore les compléments de conception des zones techniques de destination), la synthèse des actions de terrain à opérer pour réaliser concrètement le déménagement informatique sont consignées au sein d’un document rigoureusement organisé et très structurant : le Chronogramme de déménagement de la salle informatique.

Lire la suite
CoolingTower

3 PARAMÈTRES ESSENTIELS POUR LA CONCEPTION D’UNE STRATÉGIE DE REFROIDISSEMENT (2/3)

Suite de notre série de billets concernant l’organisation de l’apport d’air froid en salle informatique. Au-delà de la mise en place de dispositifs de climatisation, le concepteur de salles informatiques (in-house ou hébergées en centres de données) recherche par exemple l’évolutivité capacitaire, la tolérance à la panne, la performance énergétique ou encore un rendement économique aussi élevé que possible. En particulier, la mise en haute-disponibilité de l’apport d’air froid est essentielle à la conduite des opérations informatiques. Une panne prolongée, même partielle, de cette fonction de soutien génère une élévation rapide de température pouvant déboucher sur des arrêts préventifs et automatiques d’équipements IT.

2- Comment organiser la redondance de la fonction refroidissement en salle informatique ?

Avant tout, il convient de bien comprendre que cette redondance s’entend à capacité égale, dans une logique similaire à la redondance énergétique. Une erreur courante consiste à construire une stratégie de tolérance à la panne garantissant un mode dégradé, à 70 ou 75% de la capacité initiale. Or, une capacité de refroidissement insuffisante ne se traduit pas uniquement par une élévation globale de température moins agressive que des climatiseurs totalement inopérants : en réalité, des points chauds apparaissent rapidement aux endroits les moins efficacement refroidis, affichant des températures au-delà des préconisations ASHRAE et provoquant des arrêts localisés d’activité.

C’est d’abord au niveau énergétique, à l’instar des équipements IT, que débute la mise en place du plan de continuité de la fonction refroidissement. Au moins 2 chaînes de refroidissement (2 groupes de climatiseurs) bénéficient chacune d’une chaîne d’alimentation énergétique dédiée, distincte des canaux énergétiques à destination de l’IT. Ces chaînes d’alimentation de climatiseurs proviennent de TGBT distincts, afin de se prémunir de l’impact d’une panne localisée au niveau d’un TGBT.

Chacune des chaînes de refroidissement doit pouvoir prendre en charge la totalité du besoin de l’ensemble de la salle informatique. En mode nominal, la charge de travail est ainsi uniformément répartie entre les deux groupes. Au sein de chaque chaîne, la même logique de répartition de la production de froid entre climatiseurs prévaut, cependant elle peut être optimisée en permettant la panne totale d’un ou plusieurs élément(s) sans report de charge sur l’autre chaîne. C’est pourquoi certaines conceptions privilégient l’intégration de grappes de modules froid de faible capacité plutôt qu’une grosse armoire de climatisation. Afin de mieux résister aux arrêts électriques intempestifs, il est également judicieux d’alimenter quelques climatiseurs par les deux voies énergétiques et de paramétrer la solution de refroidissement de façon à permettre l’inclusion de ces climatiseurs dans le fonctionnement global de l’une ou l’autre des chaînes de production de froid.

 Pour se former :

cellaconsilium-logo

TresseMasse

MISE A LA TERRE ET MISE A LA MASSE DE LA SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 08 avril 2018

La mise à la terre d’une salle informatique répond prioritairement à un seul objectif : protéger les personnes contre les risques d’électrocution. Il s’agit donc d’un procédé sécuritaire qui s’inscrit pleinement dans le dispositif général de mise à la terre du bâtiment : toute implémentation de mise à la terre spécifique à l’IT est à proscrire absolument. Concrètement, la prise de terre du bâtiment est prolongée par un réseau de terre qui innerve chacune de ses zones, permettant ainsi le raccordement de la salle informatique. Cette précaution -légalement encadrée- permet d’évacuer les courants électriques de fuite vers l’extérieur du bâtiment tandis que les dispositifs de disjonction différentiels assurent la mise hors-tension des secteurs impactés (la segmentation de la disjonction s’avère donc primordiale en matière de limitation des arrêts de service qui en découlent).

Lire la suite

Microsoft officialise ses premières zones de disponibilité pour son offre Azure

C’est aux États-Unis (Iowa – US Central Region) et en France (Paris – France Central Region) que sont à présent déployées les premières zones de disponibilité du cloud MS Azure, conformément aux annonces de Microsoft de septembre dernier. Au sein d’une zone de disponibilité de chacune de ces régions, les services hébergés du cloud supportent la panne complète d’un Centre de données, sans aucune interruption, puisqu’ils sont également et simultanément en production au sein d’un Centre de données d’une autre zone de disponibilité de la même région. Le SLA de disponibilité d’une VM intégrée selon cette logique atteint 99,99 %. Bien entendu, cette stratégie présuppose, par exemple, le cloisonnement préalable des chaînes d’approvisionnement énergétique et des raccordements aux réseaux télécoms entre les différentes zones d’une région donnée.

ElectricalSwitchgear

LES PRINCIPALES CAUSES DE PANNE ÉLECTRIQUE EN DATACENTER

Garantir la continuité de l’alimentation électrique des équipements IT constitue l’une des fonctions fondamentales des Datacenters. Pourtant, parmi les nombreux articles de presse relatant les incidents de production dont les Centres de données font encore l’objet (et l’année 2017 fût à ce titre particulièrement féconde…), les départs de feu et les arrêts électriques intempestifs représentent les menaces dont la concrétisation est la plus fréquente. Les concepteurs de Datacenters veillent pourtant à l’implantation judicieuse de ces bâtiments spécifiques en s’assurant de la qualité, de la densité, de la robustesse et de la redondance de l’offre énergétique locale tout en évitant autant que possible l’occurrence de risques environnementaux. La tâche est plus ardue pour les exploitants de salles in-house, contraints par la localisation historique du site et ne bénéficiant pas toujours d’une infrastructure de bâtiment à la hauteur des enjeux.

Lire la suite
Move

LE DÉMÉNAGEMENT A BLANC, PRATIQUE INDISPENSABLE DU MOVE

Contenu mis à jour le 11 mars 2018

En matière de déménagement informatique (« Move »), peu de marges de manœuvre existent pour le retour arrière. En cas de problème grave survenant sur le site cible lors du transfert, il est rarement envisageable d’initier une action de déménagement inverse : quand bien même une telle opération serait exceptionnellement possible sur le plan logistique, un transfert de SI entre deux sites privatifs ou deux centres de données implique également de nombreux interlocuteurs externes qui doivent ajuster leurs infrastructures en adéquation, avec des délais de prévenance parfois contractuels.

Lire la suite

Les JO de Paris 2024 constituent-ils un risque énergétique pour les Datacenter français ?

C’est ce que laisse entendre le québecois ROOT Data Center dans sa dernière publication du 13 février dernier : une intéressante synthèse sur l’enjeu stratégique que représente l’évolutivité capacitaire des Centres de données, à dessein d’accompagner la croissance des activités numériques et digitales des entreprises. ROOT Data Center y décrit une approche structurée selon 3 paramètres : la puissance électrique, l’espace disponible et les compétences nécessaires à la gestion optimisée de ces deux variables. Concernant la France, le spécialiste de la colocation pointe une baisse de l’attractivité du bassin de Paris en raison de limitations énergétiques ainsi que la diminution progressive de la capacité de production du parc nucléaire. Dans ce contexte, les Jeux Olympiques de 2024 nécessiteront une réaffectation temporaire des ressources électriques disponibles, à laquelle devront probablement s’adapter les Centres de données.

ServerPowerSupply

SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE DES ÉQUIPEMENTS MONO-ALIMENTÉS

Contenu mis à jour le 11 février 2018

Au sein des Centres de données, les références « Tier » (Uptime Institute) qualifient le niveau de disponibilité du service, par exemple : possibilité ou non d’une maintenance de l’infrastructure sans perturbation de la production IT, tolérance ou non à la panne d’un composant quelconque de cette même infrastructure… La qualité de la conception de la fourniture d’énergie, parmi les différentes fonctions distribuées vers les équipements informatiques, est prise en compte dans l’évaluation du niveau de disponibilité. C’est pourquoi la gestion de la continuité de l’alimentation électrique des composants mono-alimentés demande une attention particulière. Généralement, les matériels mono-alimentés ne sont pas pressentis pour une exploitation optimale. S’ils sont double-alimentables par adjonction d’un module d’alimentation électrique additionnel, cette modification matérielle est opérée systématiquement et indépendamment de la finalité IT.

Lire la suite
CorrosonCI

PROPRETÉ DE L’AIR EN SALLE : SYNTHÈSE DE CE QU’IL FAUT ABSOLUMENT RETENIR

Les spécifications ASHRAE concernant les températures de fonctionnement en salle informatique ainsi que la teneur en humidité (hygrométrie) de son air intérieur sont communément comprises et intégrées dans les actes de conception et d’exploitation. Cependant, concernant la qualité de cet air intérieur, l’ASHRAE propose également un volet encore largement méconnu, dédié à sa propreté et qui s’appuie sur divers standards tels que ISO 14644-1 et ANSI/ISA 71.04-2013.

Lire la suite
Page 1 sur 212