truck

MOVE : PARTICULARITÉS D’UN PROJET DE DÉMÉNAGEMENT DE SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 02 septembre 2018

Les opérations de déménagement de salle informatique, souvent appelées « Move » dans le jargon des professionnels des centres de données et locaux techniques, constituent des projets délicats méritant une méthodologie spécifique. L’une des particularités de ceux-ci consiste en une phase préparatoire de 6 à 12 mois (selon la taille et la complexité du contenu de la salle) débouchant sur un déplacement effectué en quelques heures, voire un week-end. Si les standards traditionnels en matière de gestion de projet demeurent pertinents, s’additionnent à ceux-ci les impératifs de maîtrise des risques liés aux phases opérationnelles du déplacement, au premier rang desquels se hisse l’accroissement incontrôlé des plages d’indisponibilité de tout ou partie du service rendu aux utilisateurs finaux.

Lire la suite
ChemicalPlant

LOCALISATION DES CENTRES DE DONNÉES ET ÉVITEMENT DES MENACES

Les critères climatiques et géographiques qui président au choix de l’emplacement des Datacentres s’avèrent essentiels puisqu’ils influent considérablement sur l’atteinte des objectifs de performance énergétique. Cependant, de nombreux autres paramètres sont également à prendre en compte en matière de réduction des diverses menaces que peut présenter l’environnement géographique d’accueil. A tel point, si l’on se réfère aux différentes nomenclatures de risques dont celles proposées par TIA-942, que l’on pourrait de demander s’il est encore envisageable de pouvoir décemment bâtir un Datacenter quelque part. Bien sûr, tout est alors question d’équilibre entre les opportunités économiques et fonctionnelles pourvues par le site d’implantation et la capacité de l’organisation propriétaire à gérer les risques induits par la localisation retenue.

Lire la suite
ComputerRoom02

L’AUDIT PERIODIQUE DU PLANCHER TECHNIQUE

En salle informatique, la présence d’un plancher technique permet d’offrir de précieuses fonctions, telles qu’un espace de distribution pour le courant fort, un chemin de confinement de l’air froid soufflé par les climatiseurs, ou encore la matérialisation d’un réseau de masse garant de l’équipotentialité des matériels. Cependant, sinistres localisés, mauvaises pratiques d’exploitation, erreurs initiales de conception et phénomènes d’usure mécanique peuvent altérer progressivement la fiabilité du faux-plancher. C’est pourquoi l’audit périodique de cet élément s’impose pour contrôler sa conformité et proposer des actions correctives en cas de risque avéré d’exploitation.

Lire la suite

Microsoft officialise ses premières zones de disponibilité pour son offre Azure

C’est aux États-Unis (Iowa – US Central Region) et en France (Paris – France Central Region) que sont à présent déployées les premières zones de disponibilité du cloud MS Azure, conformément aux annonces de Microsoft de septembre dernier. Au sein d’une zone de disponibilité de chacune de ces régions, les services hébergés du cloud supportent la panne complète d’un Centre de données, sans aucune interruption, puisqu’ils sont également et simultanément en production au sein d’un Centre de données d’une autre zone de disponibilité de la même région. Le SLA de disponibilité d’une VM intégrée selon cette logique atteint 99,99 %. Bien entendu, cette stratégie présuppose, par exemple, le cloisonnement préalable des chaînes d’approvisionnement énergétique et des raccordements aux réseaux télécoms entre les différentes zones d’une région donnée.

Les JO de Paris 2024 constituent-ils un risque énergétique pour les Datacenter français ?

C’est ce que laisse entendre le québecois ROOT Data Center dans sa dernière publication du 13 février dernier : une intéressante synthèse sur l’enjeu stratégique que représente l’évolutivité capacitaire des Centres de données, à dessein d’accompagner la croissance des activités numériques et digitales des entreprises. ROOT Data Center y décrit une approche structurée selon 3 paramètres : la puissance électrique, l’espace disponible et les compétences nécessaires à la gestion optimisée de ces deux variables. Concernant la France, le spécialiste de la colocation pointe une baisse de l’attractivité du bassin de Paris en raison de limitations énergétiques ainsi que la diminution progressive de la capacité de production du parc nucléaire. Dans ce contexte, les Jeux Olympiques de 2024 nécessiteront une réaffectation temporaire des ressources électriques disponibles, à laquelle devront probablement s’adapter les Centres de données.

Utiliser l’IA pour prévenir l’indisponibilité d’un Centre de données

C’est ce que l’opérateur de Centre de données québecois ROOT Datacenter (2 DC basés à Montréal) propose et revendique : gérer et réduire le risque de rupture de service grâce à l’Intelligence Artificielle et au Machine Learning. Ces technologies sont pourvues par Litbit, un concepteur et fournisseur d’AI personas, lui-même hébergé par ROOT Datacenter. Litbit propose aux entreprises une offre IA-based en accompagnement et soutien des activités humaines, par analyse et surveillance continue des flux d’informations sectorielles pertinentes. Ici, l’Intelligence Artificielle surveille, collecte et analyse en permanence l’ensemble des données d’infrastructure technique du Centre de données par l’intermédiaire de capteurs d’apprentissage : elle améliore ainsi la performance DCIM des exploitants en s’avérant notamment capable de prédire les futures pannes, lesquelles peuvent ainsi être évitées.