MISE A LA TERRE ET MISE A LA MASSE DE LA SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 08 avril 2018

La mise à la terre d’une salle informatique répond prioritairement à un seul objectif : protéger les personnes contre les risques d’électrocution. Il s’agit donc d’un procédé sécuritaire qui s’inscrit pleinement dans le dispositif général de mise à la terre du bâtiment : toute implémentation de mise à la terre spécifique à l’IT est à proscrire absolument. Concrètement, la prise de terre du bâtiment est prolongée par un réseau de terre qui innerve chacune de ses zones, permettant ainsi le raccordement de la salle informatique. Cette précaution -légalement encadrée- permet d’évacuer les courants électriques de fuite vers l’extérieur du bâtiment tandis que les dispositifs de disjonction différentiels assurent la mise hors-tension des secteurs impactés (la segmentation de la disjonction s’avère donc primordiale en matière de limitation des arrêts de service qui en découlent).

C’est par l’intermédiaire du réseau de masse, matérialisé par le maillage de masse, que la salle informatique est reliée à la terre. L’objectif du maillage de masse est focalisé sur la préservation du bon fonctionnement des matériels par annulation des différences de potentiels non désirées et canalisation efficace des courants de fuite accidentels. En effet, les équipements IT sont physiquement interconnectés, notamment par l’intermédiaire de câbles cuivre conducteurs d’électricité. Il est donc judicieux de s’assurer que la différence de potentiel électrique entre ces équipements soit nulle, afin d’éviter leur endommagement, voire un départ de feu.

Or, la masse d’un appareil électronique n’est théoriquement pas sous tension, mais peut accidentellement le devenir à cause d’une décharge électrostatique (source externe à l’appareil) ou d’un problème de conductivité interne. Les différentes masses (capots ou carcasses métalliques des équipements) assurent l’établissement d’un potentiel électrique de référence pour les circuits électroniques qu’elles protègent. Lorsque ces masses sont reliées mécaniquement entre elles par l’intermédiaire du réseau de masse lui-même relié à la terre, l’équipotentialité obtenue s’applique à l’ensemble de la salle informatique et le potentiel obtenu s’aligne sur celui de la terre vers laquelle la dissipation des courants de fuite s’opère de façon efficace, en raison de sa faible résistivité relative.

En pratique, Le raccordement au maillage de masse (par exemple disposé dans le plenum du faux-plancher par raccordement mécanique des éléments de structure) s’effectue généralement à l’aide de tresses de masses en cuivre, courtes et flexibles. Cependant, les armoires de brassage méritent une attention particulière, dans la mesure où les courants électriques parasites parcourant le blindage des câbles réseau méritent d’être dissipés par un chemin direct avant leur prise en charge par l’ensemble du réseau de masse. Quant aux baies contenant les serveurs, on veillera à les relier individuellement au maillage de masse sous-plancher, lequel gagnera à être densifié par la mise en place d’une plaque capacitive de métal conducteur.

Pour se former :

cellaconsilium-logo