L’UE rapatrie un Centre de données Galileo suite au Brexit

Après l’annonce du transfert, depuis Londres vers Amsterdam, du siège de l’Agence Européenne des Médicaments en 2019 et de celui de l’Autorité Bancaire Européenne à la même période (vers Paris cette fois), c’est au tour du Centre de Données Galileo de backup, localisé à Swanwick (Southampton) de devoir préparer son transfert vers l’un des pays de l’Europe des 27, à savoir l’Espagne, à l’horizon de l’année prochaine. Le DataCenter principal de production demeure à Paris. Le Royaume-Uni demeure membre du programme spatial Galileo et de bénéficiaire de ses applications civiles et militaires, cependant l’Union Européenne exprime ainsi sa volonté de conserver la main sur la disponibilité de ses institutions stratégiques.

PDU

FONCTIONS DES PDU D’ARRIÈRE DE BAIES

Contenu mis à jour le 14 janvier 2018

Distribuer et répartir de façon redondante la fourniture d’électricité au niveau des équipements IT localisés dans les baies informatiques nécessite l’emploi d’unités de distribution d’énergie (PDU – Power Distribution Unit). Matérialisant la terminaison des chaînes de distribution énergétiques en salle, les PDU assurent l’organisation de la capillarité et de la lisibilité nécessaires à l’exploitation. Indispensable lorsque le nombre d’alimentations à connecter peut aisément avoisiner les 70 éléments par rack.

Lire la suite

Ouverture de la nouvelle région AWS EU/Paris depuis le 19/12/17

Amazon Web Services, qui revendique plusieurs dizaines de milliers de clients dans l’hexagone, poursuit l’implantation de son offre Cloud en France avec la mise en production le 19 décembre dernier de 3 DataCenters, matérialisant 3 nouvelles zones de disponibilité (sur 11 zones au total en Europe). De quoi réduire la latence applicative pour les utilisateurs français et souscrire aux éventuelles exigences de localisation des données sur le territoire, alors qu’Amazon garantit par ailleurs la pleine compatibilité de ses services avec le RGDP et a publié le mois dernier un livre Blanc sur ce thème.

Utiliser l’IA pour prévenir l’indisponibilité d’un Centre de données

C’est ce que l’opérateur de Centre de données québecois ROOT Datacenter (2 DC basés à Montréal) propose et revendique : gérer et réduire le risque de rupture de service grâce à l’Intelligence Artificielle et au Machine Learning. Ces technologies sont pourvues par Litbit, un concepteur et fournisseur d’AI personas, lui-même hébergé par ROOT Datacenter. Litbit propose aux entreprises une offre IA-based en accompagnement et soutien des activités humaines, par analyse et surveillance continue des flux d’informations sectorielles pertinentes. Ici, l’Intelligence Artificielle surveille, collecte et analyse en permanence l’ensemble des données d’infrastructure technique du Centre de données par l’intermédiaire de capteurs d’apprentissage : elle améliore ainsi la performance DCIM des exploitants en s’avérant notamment capable de prédire les futures pannes, lesquelles peuvent ainsi être évitées.

L’Uptime Institute lance un programme de certification TIER pour les DC préfabriqués et modulaires

Dans un contexte de croissance des implantations edge-computing, le nouveau programme « TIER-Ready » permet à présent aux fabricants de travailler avec l’Uptime Institute pour valider les conceptions spécifiques de leurs solutions pré-construites. La conformité TIER ciblée, anticipée au stade de la fabrication, permet ainsi aux organisations clientes de ces modules d’accélérer leur propre processus de certification UI et d’en réduire le coût, tout en bénéficiant du niveau requis en matière de garantie de continuité de fonctionnement en cas d’incident. Les sociétés Compass Datacenters, Schneider Electric et Huawei ont notamment adhéré à ce programme.

RiskMeasure

SPÉCIFICITÉS DU RISQUE EN SALLE INFORMATIQUE

La gestion du risque en salle informatique impose de tenir compte de ses principales fonctions et caractéristiques associées, au rang desquelles on peut citer la forte concentration d’actifs IT fédérés (matériels et immatériels) d’importance cruciale pour le fonctionnement du Système d’Information : serveurs, zones de stockage de la donnée, équipements actifs de réseau et câbles… ; la salle informatique comporte également des éléments d’infrastructure indispensables à la bonne marche de l’IT, destinés par exemple à assurer l’apport énergétique aux équipements informatiques, à offrir un espace de distribution cohérent et lisible pour le courant faible, à assurer et optimiser la gestion thermodynamique de la salle.

Lire la suite
Coworkers

ACCÉLÉRER LA REPRISE DU SERVICE APRÈS UN INCIDENT MAJEUR D’EXPLOITATION

Les accidents grave d’exploitation (ceux qui occasionnent une rupture locale de service aux utilisateurs, comme par exemple : une interruption complète de l’alimentation énergétique d’un Centre de données ou d’une salle informatique in-house) sont d’ordinaire couverts, pour leurs principaux impacts, par un Plan de Continuité Informatique. Le PCI s’inscrit lui-même dans le Plan de Continuité d’Activité de l’organisation propriétaire des actifs matériels et immatériels de la sphère IT. L’inaccessibilité locale du service n’est alors généralement par perceptible par l’utilisateur final, dont les requêtes sont redirigées et prises en charge par d’autres nœuds de traitement de l’information. A cet égard, la notion même de Cloud Computing peut être envisagée comme une combinaison des offres IaaS/PaaS/SaaS et d’une fonction de continuité mondialement distribuée parmi les Data Centers des cinq continents. Cette distribution internationale de services simultanément actifs confère à l’offre Cloud la crédibilité nécessaire en matière de résistance aux incidents et induit un partage de la détention et de l’exploitation des actifs entre l’organisation cliente et le fournisseur du service Cloud. Dans le cadre d’une solution SaaS, l’organisation cliente ne possède « que » ses données ; avec une offre PaaS, elle détient et exploite de surcroît les licences d’exploitation et les configurations des systèmes et des applications, tandis que la gestion matérielle au sens large (agencement, énergie, climatisation, maintenance, réseaux, télécoms…) demeure la prérogative du fournisseur de services.

Lire la suite
DiskArrayFire

GESTION DU RISQUE EN SALLE INFORMATIQUE – IDENTIFIER LES SOURCES POTENTIELLES D’INCIDENT

En matière d’appréciation des risques pouvant survenir et perturber la production de la salle informatique, disposer d’une grille d’évaluation permet de déterminer les priorités de traitement des menaces, mais ne fournit pas de méthode particulière pour les répertorier en amont de l’évaluation. Typiquement, les sinistres particulièrement spectaculaires que sont les incendies de salles informatiques ou bien les séismes (pour les zones concernées) sont bien présents dans l’esprit des exploitants de salle et donnent par conséquent lieu, quasi-systématiquement, à des mesures de prévention et de protection. Cependant, il existe bien plus de pannes mécaniques de CTA, d’effondrements de faux-plancher à l’aplomb d’un rack surchargé ou d’extinctions accidentelles d’une source énergétique que d’incendies en salle informatique.

Lire la suite
RiskLevel

APPRÉCIATION DU RISQUE EN SALLE INFORMATIQUE – CONCEVOIR UNE MATRICE D’ÉVALUATION

La concentration et la valeur (financière, opérationnelle…) des actifs matériels et immatériels localisés en salle informatique incitent l’organisation propriétaire à disposer d’une grille de lecture opérationnelle et pragmatique en matière d’analyse et de prévention des risques de sinistres. La constitution d’une cartographie des menaces doit tenir compte de la complexité de l’écosystème technique constitutif de la salle informatique. Pour autant, la diversité des sources potentielles d’incidents ne doit pas conduire à une divergence méthodologique de gestion des risques ni de réduction des menaces. Bien au contraire, il importe de prolonger le pilotage global et inter-cohérent de la salle informatique par son organisation propriétaire jusqu’au management des risques, afin d’éviter les surcoûts et dommages issus d’une appréciation des risques non harmonisée.

Lire la suite

APPROCHES SECTORIELLES DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Considérant les limites de l’indicateur historique de performance énergétique P.U.E. (pour Power Usage Effectiveness), le consortium The Green Grid propose depuis juin 2016 un nouveau modèle d’évaluation qui introduit les critères d’efficience et de résilience en matière de gestion thermique, nommé P.I. (pour Performance Indicator). L’intérêt de P.I. réside notamment dans sa capacité prédictive qui introduit les notions de conformité thermique (mesure du taux d’équipements IT bénéficiant de conditions thermiques favorables) et de résilience thermique (mesure du taux d’équipements IT bénéficiant de conditions thermiques acceptables en contexte de panne ou de maintenance de la fonction climatisation).

Lire la suite
Page 1 sur 3123