Microsoft Natick phase 2 : le datacenter sous-marin à présent immergé

La phase 2 du projet Microsoft Natick entre en phase d’expérimentation opérationnelle : après sa construction et son assemblage en France par le breton Naval Group, le prototype de DataCenter sous-marin a été immergé voici quelques jours au large des Orcades, au Nord de l’Ecosse, et déposé sur une base d’ancrage par 35 mètres de fond. L’éditeur et fournisseur de services Cloud souhaite évaluer la possibilité d’implanter de cette manière des Datacenters à la périphérie des grands centres urbains côtiers tout en réduisant la facture énergétique du poste Refroidissement, ainsi que les éventuelles nuisances pour les habitants. Pour le moment, le test grandeur nature se limite à un caisson d’une douzaine de baies et environ 800 serveurs ; son infrastructure est conçue pour une immersion de 5 années sans intervention physique.

ReferenceDoc

MOVE/JOUR J – LE CHRONOGRAMME DU DÉMÉNAGEMENT DE SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 10 juin 2018

Lorsque les actions de préparation du déménagement de la salle informatique sont achevées (comme par exemple la constitution de la base de déménagement, la sélection des différents acteurs logistiques ou encore les compléments de conception des zones techniques de destination), la synthèse des actions de terrain à opérer pour réaliser concrètement le déménagement informatique sont consignées au sein d’un document rigoureusement organisé et très structurant : le Chronogramme de déménagement de la salle informatique.

Lire la suite

ITB2 évalue l’impact énergétique du minage

Le DataCenter ITB2 d’Appeldoorn, aux Pays-Bas, se distingue par sa haute efficacité énergétique et son PUE de 1,08, bien meilleur que la moyenne européenne. Ce centre de données vient d’initier l‘ITB2 Crypto Currency Lab afin d’évaluer l’impact sur la consommation énergétique du minage des cryptomonnaies BitCoin et Ethereum. Au-delà des calculs et des constats qui seront opérés, ce sont les conséquences de la technologie blockchain sur l’infrastructure des DataCenters qu’ITB2 souhaite évoluer, dans la mesure où les GAFAM mettent en avant de nouveaux services l’utilisant.

CoolingTower

3 PARAMÈTRES ESSENTIELS POUR LA CONCEPTION D’UNE STRATÉGIE DE REFROIDISSEMENT (2/3)

Suite de notre série de billets concernant l’organisation de l’apport d’air froid en salle informatique. Au-delà de la mise en place de dispositifs de climatisation, le concepteur de salles informatiques (in-house ou hébergées en centres de données) recherche par exemple l’évolutivité capacitaire, la tolérance à la panne, la performance énergétique ou encore un rendement économique aussi élevé que possible. En particulier, la mise en haute-disponibilité de l’apport d’air froid est essentielle à la conduite des opérations informatiques. Une panne prolongée, même partielle, de cette fonction de soutien génère une élévation rapide de température pouvant déboucher sur des arrêts préventifs et automatiques d’équipements IT.

2- Comment organiser la redondance de la fonction refroidissement en salle informatique ?

Avant tout, il convient de bien comprendre que cette redondance s’entend à capacité égale, dans une logique similaire à la redondance énergétique. Une erreur courante consiste à construire une stratégie de tolérance à la panne garantissant un mode dégradé, à 70 ou 75% de la capacité initiale. Or, une capacité de refroidissement insuffisante ne se traduit pas uniquement par une élévation globale de température moins agressive que des climatiseurs totalement inopérants : en réalité, des points chauds apparaissent rapidement aux endroits les moins efficacement refroidis, affichant des températures au-delà des préconisations ASHRAE et provoquant des arrêts localisés d’activité.

C’est d’abord au niveau énergétique, à l’instar des équipements IT, que débute la mise en place du plan de continuité de la fonction refroidissement. Au moins 2 chaînes de refroidissement (2 groupes de climatiseurs) bénéficient chacune d’une chaîne d’alimentation énergétique dédiée, distincte des canaux énergétiques à destination de l’IT. Ces chaînes d’alimentation de climatiseurs proviennent de TGBT distincts, afin de se prémunir de l’impact d’une panne localisée au niveau d’un TGBT.

Chacune des chaînes de refroidissement doit pouvoir prendre en charge la totalité du besoin de l’ensemble de la salle informatique. En mode nominal, la charge de travail est ainsi uniformément répartie entre les deux groupes. Au sein de chaque chaîne, la même logique de répartition de la production de froid entre climatiseurs prévaut, cependant elle peut être optimisée en permettant la panne totale d’un ou plusieurs élément(s) sans report de charge sur l’autre chaîne. C’est pourquoi certaines conceptions privilégient l’intégration de grappes de modules froid de faible capacité plutôt qu’une grosse armoire de climatisation. Afin de mieux résister aux arrêts électriques intempestifs, il est également judicieux d’alimenter quelques climatiseurs par les deux voies énergétiques et de paramétrer la solution de refroidissement de façon à permettre l’inclusion de ces climatiseurs dans le fonctionnement global de l’une ou l’autre des chaînes de production de froid.

 Pour se former :

cellaconsilium-logo

TY11 : 11ème Datacenter Equinix à Tokyo

A l’aube des Jeux Olympiques de 2020, le leader mondial du Centre de données neutre-opérateur projette de s’implanter dans le quartier Ariake, réputé pour le haut niveau de résilience de ses infrastructures, afin d’y bâtir son 11ème IBX tokyoïte. Ce dernier constituera la plus vaste de ses implantations locales avec une capacité d’accueil initiale de 1000 baies, extensible à 2800 racks dans un second temps. La mise en service du nouveau site est planifiée pour le premier trimestre 2019, au sein d’un secteur géographique particulièrement demandeur en connectivité haute-performance vers les services Cloud.

RowPower

CONCEVOIR LA DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE EN SALLE INFORMATIQUE : POINTS D’ATTENTION

Contenu mis à jour le 13/05/2018

Que les tableaux divisionnaires terminaux soient localisés directement en salle informatique ou qu’ils bénéficient de locaux techniques dédiés, l’acheminement de l’énergie jusqu’aux équipements IT mérite une conception globale attentive sous peine d’engendrer des écueils de fonctionnement et des lacunes de design difficilement récupérables, donc coûteuses à corriger.

Lire la suite

Twitter va massivement employer les services Cloud de Google

Afin de garantir l’évolutivité de son infrastructure de services basée sur Apache Hadoop pour le stockage et l’analyse Big Data, Twitter entame le déplacement de ses entrepôts de données à froid (plus de 300 PB…) vers l’offre Google Cloud Platform. Avec à la clé, un provisionning de ressources plus efficace , des garanties accrues en matière de résistance aux sinistres et une meilleure segmentation des allocations de composants au regard des tâches techniques qui leur sont affectées.

CoolingTower

3 PARAMÈTRES ESSENTIELS POUR LA CONCEPTION D’UNE STRATÉGIE DE REFROIDISSEMENT (1/3)

L’apport d’air froid en salle informatique, destiné à compenser la dissipation thermique (effet Joule) issue de l’activité des équipements IT, peut être organisé de multiples façons et ne se borne nullement à la mise en place de dispositifs de climatisation. Même si ces derniers jouent un rôle déterminant, le concepteur de salles informatiques (in-house ou hébergées en centres de données) recherche par exemple l’évolutivité capacitaire, la tolérance à la panne, la performance énergétique ou encore un rendement économique aussi élevé que possible.

Tour d’horizon rapide de 3 grandes familles de thèmes qui posent immédiatement question en phase conception à propos du service Refroidissement : capacité, disponibilité, efficience. Ce ne sont évidemment pas les seuls aspects ; notons au passage quelques similitudes avec les préoccupations qui président à la mise en place de services IT par les DSI…

Lire la suite

Windows Server 2019 : datacenter-ready

Les exploitants IT découvrent progressivement le potentiel de la nouvelle mouture du système d’exploitation Microsoft qui propose de substantielles améliorations sur les thèmes de l’hyper-convergence et de l’hybridation cloud. La prise en charge de l’hyper-convergence n’est pas nouvelle avec Windows Server (et ceci explique en partie la rapidité d’adoption de la version 2016), toutefois il devient à présent possible d’agréger plusieurs clusters dans un seul groupe de gestion et de disponibilité. L’exploitation d’un objet tel qu’une machine virtuelle bénéficie ainsi à la fois d’une continuité inter-clusters de management et de service. En parallèle, Microsoft communique régulièrement sur l’intégration dans Windows Server 2019 de nouvelles fonctions d’interopérabilité entre les systèmes on-premise et le cloud MS Azure, telles que Storage Migration Service.

TresseMasse

MISE A LA TERRE ET MISE A LA MASSE DE LA SALLE INFORMATIQUE

Contenu mis à jour le 08 avril 2018

La mise à la terre d’une salle informatique répond prioritairement à un seul objectif : protéger les personnes contre les risques d’électrocution. Il s’agit donc d’un procédé sécuritaire qui s’inscrit pleinement dans le dispositif général de mise à la terre du bâtiment : toute implémentation de mise à la terre spécifique à l’IT est à proscrire absolument. Concrètement, la prise de terre du bâtiment est prolongée par un réseau de terre qui innerve chacune de ses zones, permettant ainsi le raccordement de la salle informatique. Cette précaution -légalement encadrée- permet d’évacuer les courants électriques de fuite vers l’extérieur du bâtiment tandis que les dispositifs de disjonction différentiels assurent la mise hors-tension des secteurs impactés (la segmentation de la disjonction s’avère donc primordiale en matière de limitation des arrêts de service qui en découlent).

Lire la suite
Page 1 sur 121234510Dernière page »