GeForce et Titan non supportées en Data Center… excepté pour les opérations blockchain

L’usage des fameux GPU Nvidia fait l’objet depuis début 2018 d’une restriction remarquée quant aux conditions générales d’utilisation des pilotes logiciels développés par le constructeur : « No Datacenter Deployment. The SOFTWARE is not licensed for datacenter deployment, except that blockchain processing in a datacenter is permitted. ». Sauf pour les applications blockchain (comme le minage de cryptomonnaie), les utilisateurs de Centres de Données risquent de devoir se rabattre sur des modèles plus qualitatifs, non initialement destinés au gamers, tels que Quadro et Tesla, pour opérer dans les domaines du calcul scientifique ou de l’intelligence artificielle.

L’Uptime Institute lance un programme de certification TIER pour les DC préfabriqués et modulaires

Dans un contexte de croissance des implantations edge-computing, le nouveau programme « TIER-Ready » permet à présent aux fabricants de travailler avec l’Uptime Institute pour valider les conceptions spécifiques de leurs solutions pré-construites. La conformité TIER ciblée, anticipée au stade de la fabrication, permet ainsi aux organisations clientes de ces modules d’accélérer leur propre processus de certification UI et d’en réduire le coût, tout en bénéficiant du niveau requis en matière de garantie de continuité de fonctionnement en cas d’incident. Les sociétés Compass Datacenters, Schneider Electric et Huawei ont notamment adhéré à ce programme.

Vers une norme internationale pour la filtration particulaire

En matière de qualité de l’air en salle informatique, les filtres à particule intégrés aux Centrales de Traitement d’Air et aux CRAC sont actuellement répartis, en Europe, selon la norme EN-779-2012 (classification G/M/F) tandis qu’outre-atlantique, ce rôle est assumé par le standard ASHRAE 52.2, le reste du monde s’appuyant sur telle ou telle référence. Cependant, la qualification toujours plus accrue de l’impact des particules en suspension dans l’air sur la santé des collaborateurs et la bonne exécution des processus industriels et tertiaires conduit à la mondialisation d’une norme de classement des filtres rendant directement compte de leur pouvoir filtrant. Ainsi, ISO 16890 facilitera la mise en adéquation entre la sélection d’un filtre, la qualité de l’air de son environnement natif d’intégration et la nature des processus numériques à protéger. Publiée Q1 2017, elle remplacera peu à peu les standards préexistants qui disparaîtront d’ici 2018.

Protection des données personnelles : plus que 14 mois pour souscrire aux obligations du RGPD

Le Règlement Général pour la Protection des Données entrera en vigueur dans l’Union Européenne le 24 mai 2018 et concerne aussi bien les Responsables d’un traitement de données personnelles que leurs sous-traitants. La nouvelle réglementation, assortie de lourdes sanctions financières pour les contrevenants (de 2 à 4 % du CA annuel mondial ou de 10 à 20 millions d’euros, selon le montant le plus élevé) impose l’intégration, avec obligation de résultat et capacité d’apport de preuve, de dispositifs de protection des données personnelles dès la conception du traitement (« privacy by design » & « privacy by default »). Gare aux fuites accidentelles de données privées qui pourront dès lors faire peser un risque financier non-négligeable à votre entreprise. Et si celle-ci ne collecte aucune donnée client, elle emploie probablement des collaborateurs dont les données personnelles entrent de plein droit dans le champ du dispositif…

Plus qu’un mois pour se préparer à la nouvelle règlementation « Inspection des climatiseurs »

A partir du 1er avril 2017, les « systèmes complexes » de production de froid, autrement dit, au sens de l’arrêté du 15 décembre 2016, les dispositifs de réfrigération, de climatisation ainsi que les pompes à chaleur réversibles de puissance frigorifique supérieure ou égale à 12 kW et utilisés à d’autres fins que le simple confort des collaborateurs, devront faire l »objet d’une inspection périodique par un prestataire officiellement certifié par un organisme indépendant. Les exploitants de DataCenters et les responsables GTB devront préparer un dossier technique détaillé qui complètera l’examen sur site des installations en production.