Cella Consilium exposant du salon Data Centre World Paris 2017

Cella Consilium, notre entité formation, sera présente au DCW 2017 à Porte de Versailles les 15 et 16 novembre.

Concevoir, améliorer, relocaliser, optimiser, démanteler une salle informatique : le pilotage de tels projets nécessite la capacité à coordonner de nombreux corps d’état, mais aussi une parfaite maîtrise des enjeux et structures matérielles et logicielles de l’univers IT.
Notre mission : former vos collaborateurs à opérer la synthèse opérationnelle de ces paramètres dans le cadre des projets touchant le domaine des salles informatiques, en Centre de Données tout comme en contexte intra-entreprise, tout en tenant compte des orientations réglementaires et environnementales.
Nos intervenants sont d’abord et avant tout des femmes et des hommes de terrain, rompus à ces pratiques, désireux de transmettre leur expérience sous une forme capitalisée ayant fait ses preuves et actuellement en cours d’inscription dans l’Inventaire CNCP, dans l’objectif de proposer des formations certifiantes dès 2018.
Venez nous rencontrer sur le stand C64 et profiter en addition d’une rapide démonstration sur le thème de la Qualité de l’Air en salle informatique, notre toute dernière formation.  Vous y appréhenderez la notion de perte de charge en matière de filtration particulaire et découvrirez la réelle répartition des charges d’exploitation sur ce poste méconnu, avec de substantielles économies à la clé, grâce à des choix simples et judicieux.

Edge-computing pour périphériques mobiles connectés

Les offres DataCenter conçues au plus près des utilisateurs et de leurs besoins poursuivent énergiquement leur développement. EdgeMicro (start-up américaine fondée il y a quelques jours par une équipe de collaborateurs issus d’acteurs reconnus du secteur des Centres de Données) s’adresse en particulier au marché des solutions mobiles et connectées. Celles-ci reposent sur des activités toujours plus gourmandes en performance, disponibilité et capacité : multimédia, IoT, véhicules autonomes, jeu vidéo en ligne, services Cloud IA-based.. . Pour ce faire, EdgeMicro propose d’établir des centres de donnés préfabriqués au niveau des sites des tours de téléphonie cellulaire et parie sur l’avènement des réseaux mobiles 5G pour consolider la pertinence de son offre. 500 implantations seraient d’ores et déjà planifiées aux Etats-Unis.

La Haute-Cour de justice irlandaise approuve finalement la construction du Centre de Données Apple

Au terme de deux années de procédures administratives et judiciaires consacrées au traitement des recours initiés par les opposants au projet, la marque à la pomme pourra établir en Irlande l’un de ses nouveaux DataCenter. A l’instar d’une installation similaire et concomitante au Danemark, ce Centre de Données assurera la mise à disposition des services phares de l’éditeur (Tunes Store, App Store, iMessage, Maps, Siri…) pour ses utilisateurs européens, et devrait exploiter en priorité le riche gisement d’énergies renouvelables du pays.

L’Uptime Institute lance un programme de certification TIER pour les DC préfabriqués et modulaires

Dans un contexte de croissance des implantations edge-computing, le nouveau programme « TIER-Ready » permet à présent aux fabricants de travailler avec l’Uptime Institute pour valider les conceptions spécifiques de leurs solutions pré-construites. La conformité TIER ciblée, anticipée au stade de la fabrication, permet ainsi aux organisations clientes de ces modules d’accélérer leur propre processus de certification UI et d’en réduire le coût, tout en bénéficiant du niveau requis en matière de garantie de continuité de fonctionnement en cas d’incident. Les sociétés Compass Datacenters, Schneider Electric et Huawei ont notamment adhéré à ce programme.

Le plus grand ICT européen inscrit le DataCenter dans sa stratégie énergétique urbaine

On pense généralement que le climat des pays nordiques est particulièrement propice à l’implantation des Centres de données, lesquels bénéficient d’une source de refroidissement efficace à moindre coût. C’est vrai, mais lorsque ces Centres de données sont implantés au cœur de la cité, il est encore plus avantageux d’utiliser la chaleur produite par dissipation thermique en l’injectant dans le circuit urbain (via des échangeurs air/eau) et de réchauffer ainsi tant les habitats que les lieux de travail. C’est ce que projette l’ICT Kista Science City avec l’initiative Stockholm Data Parks. La ville ambitionne de s’affranchir de toute source d’énergie fossile d’ici 2040.

Facebook prévoit l’ouverture prochaine du code de LogDevice

Le réseau social poursuit sa stratégie de contribution au monde Open Source avec l’annonce, lors de la conférence @Scale 2017, de la prochaine mise à disposition du code C++ de l’application-maison LogDevice, encore en cours d’amélioration. Distribuée à l’échelle mondiale au niveau des centres de données détenus par Facebook, la solution permet la prise en charge proactive des transactions à l’occurrence d’une panne ou d’un incident de performance, tandis que la source du problème est identifiée et le retour à la normale opéré. La réinjection des données et la synchronisation de celles-ci vers et depuis les différents DataCenter surviennent ensuite sans perte des transactions initiées par les utilisateurs, assurant ainsi l’homogénéité du contenu proposé d’un bout à l’autre de la planète.

Le plus grand Data Center du monde pourrait être construit à l’intérieur du cercle polaire arctique

C’est en tout cas l’intention de la société Kolos Norway, qui a levé pour ce faire l’équivalent de plusieurs millions d’euros grâce à des financements nationaux. Le Centre de données profiterait du potentiel hydroélectrique du site de la commune norvégienne de Ballangen (68° 18′ 23″ N, comté du Nordland) et pourrait à terme proposer une puissance énergétique globale dépassant le Gigawatt pour un unique site de 4 bâtiments, au total plus étendu que le Data Center de Langfang (Chine, province de Hebei) qui occupe déjà près de 585 000 m2, un record. Bien entendu, la fraîcheur du climat arctique permettra d’utiliser le free-cooling à air contribuera à la performance énergétique de cette installation dont par ailleurs, 100% des sources électriques seront renouvelables.


Malgré le Brexit, OVH poursuit (notamment) son développement au Royaume-Uni

OVH inaugure comme prévu un Centre de données au sud-est de Londres, le premier d’une série de trois sites outre-manche, les deux autres étant dédiés à la continuité de service et à la reprise de celui-ci à l’occurrence d’un sinistre. Pas de modification du plan de route pour le spécialiste français de l’hébergement et du cloud computing, depuis l’annonce du retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Ces investissements s’inscrivent d’ailleurs dans le cadre d’une campagne plus vaste d’internationalisation des services de la société (Allemagne, Pologne, Singapour, Australie ; et à l’horizon 2020 : Espagne, Italie, Pays-Bas et États-unis). Le DataCenter UK n’offrira pas d’hébergement type colocation.

Localisation des DC : impact croissant de la souveraineté numérique des Etats

Les GAFA poursuivent leurs efforts en matière de conformité aux lois nationales de cybersécurité traitant de la localisation des données numériques des citoyens. Ainsi, Apple annonce, dans le prolongement d’un projet de construction au Danemark, la construction prochaine d’un Centre de Données en Chine, en partenariat avec la société locale Guizhou-Cloud Big Data Industry qui en assurera l’exploitation conformément à la législation locale. Toutefois, le constructeur américain précise qu’il n’est pas question d’introduire des backdoors dans ses systèmes à destination des autorités chinoises.

Accès du DoJ aux données hébergées dans les DataCenters étrangers : la Cour Suprême saisie

Entre le Département de la Justice des États-unis et des géants de l’économie du numérique comme Google ou Microsoft, deux conceptions s’affrontent dans les tribunaux depuis plusieurs années : pour le premier, en vertu notamment du Stored Communications Act (et de l’Electronic Communications Privacy Act -ECPA- qui le contient), un mandat de perquisition suffit pour obliger les hébergeurs et pourvoyeurs de services Cloud à fournir à la justice américaine des données stockées dans des Data Centers localisés en dehors du territoire fédéral. Ce que conteste Microsoft, fer de lance d’une opposition qui plaide pour l’encadrement de ces pratiques par le biais d’accords intergouvernementaux : on comprend aisément qu’avec, par exemple, l’adoption du règlement « General Data Protection Regulation (GDPR) » par le Parlement Européen en avril 2017, l’éditeur risquerait, en fournissant sur mandat au DoJ américain des données stockées par les clients de son offre SaaS Office 365 au sein de ses Data Centers irlandais, de se voir condamner à une amende portée à 4% de son CA mondial consolidé ! En addition d’une bien mauvaise publicité auprès d’une clientèle professionnelle toujours plus vigilante quant à la confidentialité de ses données… . Mieux vaut donc, pour les sociétés du numérique d’envergure internationale, que des accords binationaux statuent sur la conduite qu’elles doivent tenir en la matière de part et d’autre de l’Atlantique.

Microsoft a gagné de nombreuses batailles judiciaires depuis 2016, notamment grâce à la constitution d’une solide coalition de protestataires (au rang desquels Apple, Cisco ou encore HP), cependant le gouvernement des États-Unis semble bien décider à remporter cette épreuve de force et a sollicité sa plus haute juridiction le 23 juin dernier. Inutile de préciser que sa décision est attendue avec impatience.

Page 1 sur 3123