LA SÉCURITÉ PHYSIQUE DE L’ACCÈS EN SALLE INFORMATIQUE : PROTECTION DU BÂTIMENT

Que la salle informatique soit localisée en Centre de données ou « in-house », au sein de l’un des bâtiments de l’organisation qui l’exploite, la sécurité de l’accès aux actifs matériels et informationnels qu’elle détient repose invariablement sur une forme de contrôle des accès. Une partie de celui-ci est assuré par des moyens technologiques : contrôle d’accès électronique (CAE) éventuellement dotés de capteurs biométriques, détecteurs d’intrusion et dispositifs de vidéosurveillance. L’approche complémentaire, la sécurité physique (non proprement technologique) envisage la sécurité de l’accès avant tout comme un processus organisationnel, un état de vigilance accru conduisant au respect d’un certain nombre de pratiques adéquates.

Les équipes du PC Sécurité y jouent un rôle central et il est essentiel que leurs membres soient formés tant aux disciplines de base (prévention des intrusions, des incendies, premiers secours…) qu’aux spécificités et outils de contrôle du site sur lequel ils exercent. Afin de leur faciliter la tâche, il convient de penser la sécurité de la salle informatique d’abord à l’échelle du bâtiment qui la contient. En temps normal, celui-ci ne devrait en théorie présenter qu’un unique point d’entrée pour ses occupants et ses visiteurs, tandis que le même traitement s’applique aux véhicules. De plus, le contrôle de l’accès débute, lorsque cela est envisageable, bien en amont de l’entrée du bâtiment, grâce au parcours d’accès organisé à dessein de conduire occupants et visiteurs depuis l’entrée du site vers celle du bâtiment proprement dit (usage de barrières, clôtures…). Ce cheminement ne doit offrir aucun obstacle visuel propre à la dissimulation, être constamment vidéo-surveillé et bénéficier d’un éclairage nocturne.

L’organisation de la sécurité physique des accès doit également disposer de la possibilité de prolonger l’action de contrôle des visiteurs à l’intérieur du bâtiment. L’efficacité de l’attribution de badges diminue si le port de celui-ci de façon visible est optionnel et les visiteurs ne devraient pas être autorisés à se déplacer en toute autonomie, sans accompagnement d’un occupant référent. Occupants et personnels de sécurité doivent également collaborer. Les premiers, en particulier, doivent disposer de consignes simples mais précises en cas de suspicion d’intrusion, lorsqu’ils remarquent la présence d’un individu inhabituel et isolé qui semble chercher son chemin : par exemple, proposer son aide et raccompagner le visiteur jusqu’à son référent ou à défaut, au PC Sécurité pour prise en charge.

Pour se former :

cellaconsilium-logo

Conception de Salle Technique – Data Center

Energie – Data Center